ACCUEIL   /   BATEAUX NEUFS   /   BATEAUX D'OCCASION   /   RÉNOVATION   /   LOCATION   /   FINANCEMENT   /   CONVOYAGE   /  CONTACT


LA MER BALTIQUE

Poméranie

Région côtière de la mer Baltique, se trouve au nord de la Pologne, à l'embouchure de la Vistule. Ce positionnement stratégique lui a valu une grande importance économique et politique, centrée sur la ville millénaire de Gdansk, membre de la Ligue Hanséatique et capitale de la région.
L'arrière-pays de Gdansk, la Cachoubie (Kaszuby) porte l'appellation bien méritée de 'Petite Suisse'- tant ses collines verdoyantes, ses lacs à l'eau limpide et ses villages coquets rappellent (en plus petit !) ce pays alpin. A travers les aléas d'une histoire mouvementée, la Cachoubie a su garder une identité culturelle et linguistique propre, qui perdure à travers certaines vieilles coutumes et dans la langue, un mélange de langues slaves et germaniques. La Poméranie, ce sont aussi les forêts, les larges plages au fin sable blanc, les dunes couvertes de végétation variée, les berges rocheuses descendant jusqu'au bord de la mer. Les plus beaux et les plus précieux de ces paysages ont été transformés en parcs nationaux et paysagers et en réserves naturelles, ce qui assure leur protection pour le générations futures.

La Triville : Gdansk, Sopot, Gdynia
Gdansk

Située à l'embouchure de la Vistule, Gdansk a toujours été un carrefour commercial important- le lieu de passage de marchandises en provenance du Royaume de Pologne et d'importation de denrées étrangères. Cette ville marchande et libre d'esprit a crée une culture faite de sciences, d'art. et d'architecture (fort influencés par ceux des Pays -Bas et des Flandres), d'un riche artisanat (les meubles décorés en bois massif, les objets en métal, le joyaux en ambre) et d'un esprit large et bon vivant.
La ville, détruite à 80% à la fin de la II Guerre Mondiale, fut soigneusement restaurée et attire aujourd'hui les visiteurs de l'Europe entière. On accède au vieux centre (Glówne Miasto) par la Porte Haute (Bramma Wyzynna), qui date du XVIème siècle. En suivant la Voie Royale (Trakt Królewski), ainsi appelée pour commémorer l'entrée solennelle effectuée ici par les Rois de Pologne, souverains de la ville, on traverse la Porte Dorée (Zlota Brama) pour arriver enfin à l'hôtel de ville de style gothique et renaissance, dont la tour porte l'effigie du Roi Sigismond II Auguste. La place de l'hôtel de ville constitue le point central de la vieille ville. Toutes les voies convergent autour de la fontaine de Neptune (XVIIs), lieu de rencontre tant des habitants de la ville et que des touristes. Plus loin, le long de la rue Long Marché (Dlugi Targ), on passe la Porte Verte (Zielona Brama), qui mène vers l'ancien port et vers l'Ile aux greniers. Les quais de la Weltawa regorgent de cafés et de boutiques d'artisanat, ou l'ambre tient la place d'honneur.

Plus récemment, Gdansk s'est fait connaître comme le berceau du mouvement syndical 'SOLIDARITE', dont l'action courageuse et le dynamisme, sous le leadership de Lech Walesa, ont fait basculer le bloc communiste vers la démocratie quelques années plus tard. A l'entrée des chantiers navals se dresse le monument aux ouvriers tombés en 1970 lors des protestations contre le gouvernement communiste. Il est fait de trois immenses croix, hautes de 40 mètres, avec dans la partie basse douze bas-reliefs. 

Dans un des bâtiments des chantiers navals se trouve l'exposition intitulée 'Chemins vers la liberté' qui raconte d'une manière impressionnante le mouvement de protestation et les grèves menées par Lech Walesa en 1980, qui transformèrent pour toujours la consciences politique des Polonais et sonnèrent le glas du système soviétique.
Sopot
Sopot est une station balnéaire à la mode, et ce depuis le début du XX ème siècle, époque à laquelle furent construites ses charmantes résidences d'été bordées d'arbres anciens, qui font tout son charme. La ville, appréciée tant des Polonais que des touristes étrangers, possède une belle promenade maritime (Bohaterow Monte Cassino) et la plus longue jetée de toute la Pologne !
Gdynia
Gdynia, située à l'ouest de Sopot, est une ville portuaire moderne et dynamique, que les autorités s'efforcent avec succès de rendre hospitalière et agréable à vivre et à visiter. Sur la promenade maritime se trouve le Musée Océanographique et l'Aquarium. Un peu plus au nord se dresse la fière silhouette de la frigate 'Dar Pomorza' (construite à Hambourg en 1909) et celle, plus menaçante, du destroyer 'Blyskawica'. Plus au sud, sur le Boulevard de la Mer (Bulwar Nadmorski) se visite le Musée de la Marine de Guerre.

 

Histoire
Les premières traces d'habitation humaine en Poméranie remontent au IX ème siècle. Déjà dans ces temps reculés, ces terres éveillaient l'intérêt de différentes populations : celui des tribus de la région de Wielkopolska (Grande-Pologne, directement au sud de la Poméranie), celui des 'Pomorani' (gens de Pomorze- Pomerania) à l'embouchure de la Vistule et celui des anciens Prussiens, tribu païenne exterminée lors des siècles suivants par l'Ordre des Chevaliers Teutoniques. Le Roi Boleslaw Chrobry (Boleslas le Vaillant) donna son appui à la mission de l'évêque St.Adalbert (Sw.Wojciech) auprès de ces tribus habitant l'autre rive de la Vistule. Cette mission se termina en tragédie, avec le meurtre de St.Adalbert en 997. Les époques suivantes virent le souverain de ces terres, le Duc Konrad de Mazovie, y installer l'Ordre des Chevaliers Teutoniques, avec pour mission de mater et christianiser les Prussiens. Les répercussions de ce geste politique se furent sentir pendant des siècles, jusqu'à l'époque contemporaine.
En 1308 l'Ordre Teutonique occupe Gdansk et ses environs. C'est seulement la bataille de Grunwald, en 1410, qui opposa les forces jointes de l'Etat fédéral Polono-lituanien et celle de l'Ordre Teutonique qui cassa l'hégémonie des Chevaliers. En 1918, après la Conférence de Versailles, la région côtière autour de Gdansk (sauf la ville même, qui reçut le statut spécial de 'Ville libre') fut octroyée à l'Etat polonais, qui gardait ainsi un accès crucial à la mer Baltique. Ceci n'allait pas sans causer de graves tension entre la Pologne et l'Allemagne, dont une partie- la Prusse Orientale, fut coupée du Reich. C'est seulement depuis 1945 que toute la région de Poméranie toute entière fait partie intégrante de la Pologne.
Le château gothique de Malbork (Marienburg), la plus grande bâtisse de ce type en Europe, fut construite entre 1270 et la fin du 14ème siècle, pour servir d'état-major et de chef-lieu de l'état des Chevaliers Teutoniques. Le complexe fut gravement endommagé lors des bombardements alliés à la fin de la guerre, mais fut entièrement reconstruit. Ses salles aux dimensions impressionnantes abritent un musée des intérieurs de château, ainsi que d'importantes collections d'armes et d'objets précieux en ambre. La nuit, les visiteurs peuvent revivre le passionnant passé du château par le biais d'un spectacle son-et- lumière.

Nature
La presqu'île de Hel constitue le point situé le plus au nord de la Pologne. Sa forme allongée protège le littoral de la mer et forme la baie de Gdansk. Les deux cotés du presqu'île ne sont éloignés, à certains endroits, que de 250m. Sa partie la plus large se trouve à son extrémité, avec le village de Hel. Le coin entier respire un air de vacances- on y trouve de nombreux hôtels, pensions et campings , qui attirent les touristes en famille et les amateurs de windsurf. Les promenades le long des plages immaculées de Jurata, de Jastarnia et du petit village de pêcheurs de Wladyslawowo offrent la manière la plus agréable et détendue de découvrir ce beau coin.
Le Parc National de Slowin (Slowinski Park Narodowy), dans la partie centrale de la côte, fait depuis 1997 partie des Réserves Naturelles de la Biosphère. Ceci est du à sa topographie unique, fait d'énormes dunes mouvantes (qui rappellent à certains endroits le désert de Sahara), mais aussi de marécages et de forêts offrant un parfait environnement à de très nombreuses espèces d'oiseaux protégés. Les randonneurs et observateurs d'oiseaux s'y trouvent parfaitement chez eux. Le parc est accessible à partir de la petite ville de Leba ou de Rowy.
La région lacustre de Cachoubie (pojezierze Kaszubskie) s'étend au sud-ouest de Gdansk. Cette contrée pittoresque est faite de collines ondoyantes (la plus haute s'appelle Wiezyca et mesure 329 m) couvertes de forêts verdoyantes et de lacs. Dans la partie centrale se trouve le Parc Paysager de Cachoubie dont les contours sont constitués d'un chapelet de lacs, liés les un aux autres par des canaux. C'est donc un environnement splendide pour la pratique de canoë-kayak et de la voile- un itinéraire aquatique qui prend presque une journée entière ! La région se prête merveilleusement à la randonnée en VTT se laissant découvrir à un rythme ralenti. De nombreuses familles cachoubes offrent gîte et couvert dans leur fermes agro-touristiques, et les villages pittoresques où continuent encore des coutumes ancestrales et où on entend encore la langue cachoube se laissent découvrir, notamment par le biais des musées régionaux en plein air (skansens), comme celui de Kartuzy, ou le guide vous chante une chanson régionale !

Source: https://www.pologne.travel/fr/regions/pomeranie

 

Poméranie occidentale

La région de Poméranie occidentale est située dans la partie nord-ouest de la côte baltique polonaise proche de la frontière allemande. La proximité de Berlin, Copenhague, Ystad et Bornholm, accessibles grâce aux nombreuses liaisons de ferries, prouve l’importance de la région dans la structure du réseau des transports polonais, surtout par ses voies maritimes. 


Le chef-lieu de la région est Szczecin, une ville-port riche d’une tradition millénaire et d’une histoire remarquable. La diversité du patrimoine composé de nombreux édifices anciens et de ceux plus modernes rend la ville très vivante et attirante, au point qu’il y est difficile de s’ennuyer. Les plans d’aménagements urbains en forme d’étoile ressemblent fortement à ceux de Paris. Les attractions incontournables et séduisantes à chaque saison de l’année sont les remparts de Chrobry ainsi que le château des princes de Poméranie offrant une large programmation culturelle et une découverte de magnifiques intérieurs. La ville propose également un grand choix de lieux de divertissement tels que de nombreux théâtres, un opéra des pubs et plusieurs discothèques.

La région de Poméranie occidentale possède une nature d’une richesse exceptionnelle qui offre une multitude de possibilités de pratiquer un tourisme actif et également de thermalisme. En effet, grâce à plusieurs sources d’eaux minérales, aux couches de limons et de salines ainsi qu’au microclimat unique les villes de Kolobrzeg, Swinoujscie, Kamien Pomorski et Polczyn Zdrój comptent parmi les centres du thermalisme amplement connus. Les cures de bains salés et d’inhalations y sont appliquées dans les traitements de maladies respiratoires, circulatoires et motrices.

Pour les amateurs de la nature les nombreux lacs offrent une possibilité de pratiquer différents sports nautiques tels que la voile, le kayak ou encore la pêche. Les régions de Drawski, Walecki et Mysliborski, situées plus au sud de la mer Baltique, proposent des conditions exceptionnelles pour ces activités. Les personnes avides de calme et de contact direct avec la nature seront aussi enchantées par la beauté de deux parcs nationaux de Drawski et de l’île de Wolin. C’est sur le territoire de ce dernier où se déroule chaque année un festival dédié aux Vikings, permettant la découverte des traditions et des coutumes exercées par ce peuple mythique. On peut y admirer aussi les rares bisons d’Europe dans une vaste réserve consacrée à ces majestueux animaux. 

Les stations balnéaires de la mer Baltique et les pittoresques ports de pêches apportent un charme unique au paysage de la région, riche en couleur dorée avec ses plages de sable fin, ses précieuses pièces d’ambres et de délicieux poissons grillés - une des spécialités traditionnelles de la Baltique.

A cela s’ajoutent également trois terrains de golfs (9 et 18 trous) situés à Szczecin-Binów, Kolczew et Lukecin. Leurs infrastructures modernes satisferont les golfeurs les plus avisés.

La structure d’hébergements offre tout un éventail de choix : campings, chambres et maisons d’hôtes, hébergements à la campagne ainsi qu’une multitude d’hôtels de différentes catégories tels que demeures de charme et châteaux-hôtels.

 

Source: https://www.pologne.travel/fr/regions/pomeranie-occidentale


Voies navigables

Comparativement au réseau de navigation fluviale allemand, français et néerlandais, les voies navigables polonaises sont peu fréquentées. Les péniches et autres grandes embarcations n’y circulent pas, la navigation fluviale polonaise étant insignifiante. La navigation de plaisance se développe petit à petit, et le long des rivières de Pologne, le voyageur ne rencontre pratiquement rien d’autre que des barques de pêcheurs.

Les cours d’eau polonais sont propres et verdoyants : ils passent souvent par des couloirs de verdure en réserves naturelles. Les canaux sont généralement bordés d’une végétation abondante. On peut se baigner et pêcher dans presque toutes les rivières.

Tous les équipements hydrauliques (écluses, plans inclinés) fonctionnent pendant la belle saison (en dehors des périodes d’entretien). Ce sont souvent des installations anciennes, mais elles sont bien entretenues. On peut avoir l’impression de visiter un musée des techniques hydrauliques. Le personnel qui les manœuvre est aimable et accueillant.

On rencontre le long des cours d’eaux polonais de nombreux oiseaux et animaux, y compris des espèces rares telles que le castor, l’élan, le cerf, le pygargue à queue blanche.

Sur les voies navigables de l’Oder, la Warta, la Noteć, le canal d’Oberland (d’Elbląg), le Nogat et le nœud des Żuławy, il est possible de naviguer avec pratiquement toutes les embarcations de plaisance. La Vistule supérieure et moyenne, le Bug, le Narew et la Pisa sont les plus beaux cours d’eau polonais mais ne sont pas accessibles aux embarcations dont le tirant d’eau dépasse 30 cm.

Des marinas sont aménagées le long des voies navigables de l’Oder, la Warta, la Noteć, le canal d’Oberland (d’Elbląg), le Nogat et le nœud des Żuławy. À quelques exceptions près, leur confort est loin d’égaler celui des marinas et des ports de plaisance allemands, français ou néerlandais. L’idéal est de passer la nuit sur l’eau, dans un canal entouré de verdure.

Les voies d’eau polonaises sont sûres : on n’y fait jamais de mauvaises rencontres et les populations riveraines sont très accueillantes envers les plaisanciers.

Excepté en Mazurie, sur le lac de Zegrze et à Gdańsk, il n’y a pas de postes d’essence le long des cours d’eau polonais, mais on trouve dans toutes les villes des stations-service où faire le plein de carburant.

Et dans chaque ville ou village, on trouve des magasins d’alimentation.

 

Source: http://www.waterways.pl/fr/les-itineraires-de-navigation-polonais-generalites.html


Le pays aux mille lacs

La région de Pologne la plus propice au tourisme sous voiles dans les terres est le complexe des Grands Lacs de Mazurie, composé de 45 lacs reliés par 12 canaux, 8 rivières et 3 écluses. C'est là que se trouvent les deux plus grands lacs de Pologne, à savoir le lac Sniardwy, d'une surface de 113 km², long de 22 km et large de 13 km (et qui possède 8 îles!), et le lac Mamry, d'une surface de 104 km² et disposant de 180 km de rives.

Blottis dans un paysage magnifique, les lacs possèdent des rivages très découpés et sont un vrai coin de paradis pour les fervents de la voile et les pêcheurs à la ligne. Unis entre eux par des cours d’eau, des canaux et des écluses, ils forment tout un réseau d’itinéraires pour la navigation intérieure professionnelle et le tourisme nautique. Les itinéraires pour voiliers sont particulièrement intéressants. Les lacs sont l’habitat de nombreuses espèces d’oiseaux. En navigant de Mikolajki à Gizycko, le voilier passe dans le voisinage de la réserve naturelle du lac Łuknajno (inscrite sur la Liste des Réserves mondiales de la Biosphère de l’Unesco) où vivent des colonies entières d'oiseaux aquatiques, et notamment quelques 2000 cygnes. Si vous faite de la voile en Mazurie pour la première fois, nous vous recommandons l'itinéraire dit principal Pisz-Mikolajki-Gizycko-Wegorzewo (93 km), réalisable en une semaine, mais qu'il est possible d'allonger en empruntant des voies latérales. Aux amateurs d'architecture militaire ancienne, nous conseillons de faire une halte à Gizycko, où est à voir le puissante forteresse Boyen, située entre les lacs Kisajno et Niegocin, qui fut construite dans la première moitié du XIXe siècle. Elle occupe une superficie de 120 ha et rien que le périmètre de ses murailles dépasse 4,5 km.

Sur les itinéraires des Grands Lacs de Mazurie sont aménagés des dizaines d'embarcadères offrant des places à quai et l'avitaillement, disposant d'atelier de réparation de bateaux de plaisance, de slips, de raccordements sur le secteur, du téléphone, de logements, de magasins et de taverne.

Source: https://www.pologne.travel/fr/passe-temps/sport/kayak-canoe-et-rafting/toutes-voiles-dehors

 

La Mazurie:

La région est souvent appelée la “Région des milles lacs”, ce qui ne correspond pas tout à fait à la réalité, étant donné qu’ils sont au nombre de 4000. Ce sont les lacs Sniardwy (113,8 km2) et Mamry (104,5 km2), qui sont les plus vastes, le lac de Hancza est le plus profond (108,5 m), le lac Jeziorak (27 km) le plus long. Les lacs sont reliés par des rivières et des canaux artificiels.
Les Grands Lacs de Mazurie sont représentatifs de toute la région : 1700 km2 de surface, couverte à 15% par de vastes étendues d’eau, dont les lacs Sniardwy et Mamry. Cette partie de la Pologne se distingue par la beauté de son paysage, les particularités de son climat, sa nature et son monde animal, ainsi que par son histoire, et enfin par la composition ethnique et nationale de ses habitants  .
La Mazurie est un vrai paradis pour les amateurs de voile, de canoë-kayak, de silence et de promenades. La région est couverte de forêts, qui ont toutes un réseau de pistes cyclables et équestres, mais aussi de sentiers de randonnée.

Source: http://carpathianadventures.com/fr/offre/kayak-en-masurie/mazurie-region-des-1000-lacs/


Voilà des années que ce détail nous intriguait: que venait faire un bison sur l'étiquette de la Zubrowka, la mythique vodka polonaise? Et puis que signifiaient cette mention «chauffée à l'herbe de bison» et ce brin de verdure improbable flottant dans le précieux liquide? Un bison? En Pologne? Il faut quitter Varsovie et rouler trois heures plein est jusqu'au village perdu de Bialowieza, à la frontière de la Biélorussie, pour comprendre enfin. Là, sous des chênes multiséculaires, on foule une herbe verte qui résiste au froid, à la neige, au vent. Et fait le régal des 350 derniers bisons sauvages d'Europe, des monstres préhistoriques gros comme des tracteurs et qui affichent jusqu'à 900 kilogrammes sur la balance. 

«Chaque année, il y a des collisions avec des voitures et, en général, c'est le bison qui gagne, confie en souriant Téodor, barbe blanche et casquette d'aviateur, qui connaît chaque tilleul de cette forêt classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. Ma grand-mère était cuisinière du tsar Nicolas II, qui venait déjà chasser ici. Vous savez, crue avec du poivre et des oignons, la viande de bison est succulente.» Pour quelques dizaines de zlotys, les paysans du coin emmènent les visiteurs, très tôt dans la brume du matin, sur les traces du bison Bonasus bonasus, au cœur de cette inextricable forêt envahie de mousse. Et si le monstre ne daigne pas se montrer, on se console à grandes rasades de Zubrowka. Na zdrowie!  

On est loin des clichés d'une Pologne postcommuniste tout en chantiers navals, cheminées d'usines et plans quinquennaux. Le pays de Copernic et de Lech Walesa recèle des réserves insoupçonnées de nature sauvage. En quittant Bialowieza et ses bisons, si l'on remonte la nationale 19 en direction du nord, après avoir doublé des couples de vieux paysans assis sur des carrioles brinquebalantes tractées par un lourd cheval, on ne tarde pas à arriver dans la province de Mazurie. Le pays aux mille lacs. A perte de vue, des forêts de pins et de bouleaux, des champs de coquelicots, des parterres de myrtilles et d'immenses lacs reliés par un labyrinthe de rivières. Le réseau de canaux, avec ses savantes écluses, permet de remonter à la voile de lac en lac jusqu'à la Baltique. 

En hiver, des paysans aux yeux de loup creusent des trous dans l'épaisse couche de glace et pêchent en silence de petits gardons. Mais, dès le mois d'avril, des milliers de cigognes viennent installer leurs nids au sommet de hauts mâts plantés par les Polonais à proximité de leurs petites maisons de bois. On peut aussi voir cerfs, biches, castors, parfois un élan, exceptionnellement un loup. Mais pas d'ours, le dernier ayant été abattu en 1850. La plaine aux mille lacs ressemble à un morceau de Scandinavie qu'un demi-siècle de communisme aurait miraculeusement laissé intact. 

Jadis, ce mélange d'eau cristalline et de forêt originelle faisait le délice des hiérarques du Parti, qui venaient se reposer à Popielno, sur les rives du Sniardwy, le plus majestueux des lacs mazures. Mais, depuis la chute du Mur, ce sont les Allemands qui, l'été venu, descendent la Krutynia en kayak et plongent dans le lac Dargin, dont la température atteint facilement 23 °C. Il est vrai que, jusqu'en 1945, la Mazurie faisait partie de la Prusse-Orientale, territoire allemand rattaché à Berlin. 

Durant les longues soirées d'été, sur les berges, on voit monter les gerbes d'étincelles des grands feux de bois sur lesquels grillent porcelets ou sandres. «Vous trouverez toujours un Polonais ravi de partager une anguille fumée avec vous», assure Maciek, un étudiant de Varsovie qui vient régulièrement se ressourcer ici en dormant à la belle étoile. Dans les verres coule le krupnik, un détonant cocktail de miel et de vodka. «Quel bonheur de se réveiller seul au milieu des roseaux et de nager dans un lac d'huile avant le petit déjeuner», dit en en frémissant encore Piotr, un solide moustachu de 55 ans qui vit à Krutyn.

C'est à quelques coups de pagaie de là qu'Artur, 30 ans, a racheté un ancien kolkhoze de 150 hectares pour y installer un hôtel. «Mon père, sculpteur, avait gagné pas mal de dollars en aménageant les décors du parc de Neverland, la villa hollywoodienne de Michael Jackson, et il m'a aidé», raconte-t-il. C'est aussi ça le charme de l' «Ostalgie»: passer une nuit dans une ancienne coopérative agricole communiste perdue non loin de Kaliningrad, l'ancienne Königsberg prussienne. 

Mais, comme toujours en Pologne, malgré cette communion presque païenne avec la nature, Dieu n'est jamais très loin. Un peu au sud de la région des lacs s'élève l'église de Grabarka, le plus important lieu de pèlerinage orthodoxe du pays. L'édifice en brique est entouré d'une surréaliste forêt de 10 000 croix de bois plantées par des fidèles - certaines mesurant plusieurs mètres de hauteur... Plus au nord, au détour d'un virage, l'église baroque de Swieta Lipka (Saint-Tilleul), tout en soleils dorés, plafonds en trompe l'oeil et tuyaux d'orgue (5 000!), accueille chaque été des cars entiers de fervents compatriotes de Jean-Paul II. 

Pourtant, plus que d'inoffensifs pèlerins, c'est l'Histoire qui a façonné la plaine mazure. Elle aura vu passer - souvent dans les deux sens - hordes mongoles, chevaliers Teutoniques, grognards napoléoniens, chars nazis, troupes soviétiques... On trouve encore à Reszel un somptueux château fort de briques rouges du XIVe siècle, dominant la Sajna, tumultueux ruisseau en contrebas. Mais, comme souvent en Pologne, cette charmante gravure médiévale cohabite avec un certain réalisme soviétique: sur l'autre rive, quelques barres de tristes HLM dépassent des arbres...

Le vestige historique le plus stupéfiant de Mazurie reste néanmoins sans conteste le «repaire du loup», ce bunker secret où Hitler a passé une grande partie de la guerre. Visiter un bunker pendant ses vacances, objectera-t-on? Oui, tant l'endroit, lugubre, en dit long sur la folie du IIIe Reich. «Contrairement à ce que l'on croit, de 1941 à 1944, Hitler n'a pas vécu à Berlin mais ici, explique l'historien Jerzy Szynkowski. Il a passé 837 jours dans cet immense cube de béton à diriger ses troupes sur le front de l'Est. Vous voyez cette ruine? C'est là qu'a eu lieu l'attentat du 20 juillet 1944, cette bombe à laquelle il a miraculeusement survécu.» Et, lorsque l'on s'étonne que les avions alliés n'aient jamais percé le secret de ce bunker, l'historien sourit: «Ces petits cubes de béton étaient noyés dans l'immensité de la Mazurie. Vous savez, ici, du ciel, vous ne voyez que de l'eau et des arbres à perte de vue...» 

Source: L'EXPRESS.fr publié le 19/04/2004

 


https://www.lescanalous.com/region/pologne/